Selon une récente étude, les croyances religieuses et/ou spirituelles ont un effet protecteur contre la dépression chez les personnes présentant un risque génétique, relaie le SciencesPost du 14 février.

C’est une étude précédente qui a poussé les chercheurs de l’Université de Colombia et du New York State Psychiatry Institute à essayer de comprendre ce qui se passe dans le cerveau des personnes croyantes et avoir cet effet protecteur.

L’équipe du professeur Dongrong Xu a notamment étudié la «matière blanche», cette substance qui contient les circuits dont les cellules du cerveau ont besoin pour communiquer entre elles. Publiée dans la revue scientifique Brain et Behavior le 15 janvier, les résultats de cette étude montrent que le cerveau des croyants présentant un risque familial élevé de dépression ressemble davantage à celui des personnes ayant un faible risque de dépression.

Lire la suite…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Votre nom