« Cette résolution constitue un message et un mandat clairs – dont il est fait mémoire tous les 22 août – que les actes de violence à motivation religieuse ne peuvent pas et ne seront pas tolérés par les Nations Unies, les États membres ni la société civile. »

C’est suite à la multiplication dans le monde des actes de violence à l’encontre des minorités religieuses que l’Assemblée Générale des Nations Unies a décidé de proclamer le 22 août « Journée internationale de commémoration des personnes victimes de violences en raison de leur religion ou de leurs convictions ».

Huit pays sont à l’origine de cette résolution, le Brésil, le Canada, l’Égypte, les États-Unis, l’Iraq, la Jordanie, le Nigéria, le Pakistan et la Pologne.

« L’Assemblée Générale […] vivement préoccupée par le fait que, partout dans le monde, des personnes, en particulier des membres de communautés et minorités religieuses, continuent d’être visées par des manifestations d’intolérance et des actes de violence en raison de leur religion ou de leurs convictions, et que ces agissements sont de plus en plus nombreux et de plus en plus graves, sont souvent de nature criminelle et présentent parfois des traits communs. »

L’Assemblée Générale a tenu à rappeler que « c’est aux États qu’il incombe au premier chef de promouvoir et protéger les droits de l’homme, notamment ceux des personnes appartenant à des minorités religieuses, y compris leur droit de pratiquer leur culte ou de manifester leurs convictions en toute liberté ». Ses membres ont également réaffirmé « les buts et les principes consacrés par la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits de l’homme, en particulier le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ».

Lire la suite ..

Vous pouvez également manifester votre soutien par un don en cliquant  ici

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here