Alors que plusieurs films musicaux ont récemment triomphé au box-office ces derniers mois, les frères Erwin se sont attaqués à l’un des genres les plus populaires à Hollywood, le biopic musical. Car La Voix du Pardon raconte l’histoire d’une chanson… Pas n’importe quelle chanson toutefois, puisqu’il s’agit du single chrétien le plus vendu de tous les temps, I Can Only Imagine du groupe Mercy Me.

À l’opposé du traditionnel « Sexe, Drogue & Rock’n’roll » lié à ce genre cinématographique, La Voix du Pardon est le récit d’une quête de Dieu et d’un chemin qui conduit au pardon et à la rédemption. La force de ce film – comme ce fut le cas pour Woodlawn, un autre film des frères Erwin – est d’ailleurs de puiser dans l’authenticité de cette histoire.

Les réalisateurs de Woodlawn nous proposent ainsi une plongée dans l’intimité de cette chanson.

Bart Millard n’a qu’une dizaine d’années au début du film. Ce petit garçon de la campagne texane, bourré d’imagination et de créativité, grandit dans un contexte tragique. Abusé physiquement par son père, abandonné par sa mère, il ne trouve refuge que dans la musique, dans la foi et dans sa relation amoureuse à Shannon. Adolescent, il s’investit dans le sport, la seule chose qui compte vraiment pour son père. Mais une blessure met rapidement un terme à sa carrière. Il s’inscrit alors à contre-coeur dans la chorale de son lycée, où son enseignante découvre son talent pour le chant. Le rôle principal qu’il décroche dans une comédie musicale déclenchera la violence paternelle de trop.

Lire la suite 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here