Si nous repensons à notre enfance, la plupart d’entre nous seraient d’accord pour dire qu’il n’était pas toujours facile de se faire des amis quand nous étions en primaire. Parfois, les amitiés se nouaient par la force des choses, face au choix limité de camarades. Parfois, l’amitié était quelque chose d’utile à « acheter » et à « vendre » par l’échange de bonbons ou d’autres friandises.

Dans d’autres cas, les amitiés se développaient à partir de centres intérêts communs et d’activités extra-scolaires. Mais celles qui ont résisté à l’épreuve du temps sont celles qui ont embelli réciproquement les vies des personnes en question grâce à un humour commun, de l’empathie, de l’honnêteté, de la loyauté, de la confiance et du respect.

De ce point de vue, le meilleur type d’amitié ne dépend pas d’intérêts, de distractions ou de facilités qui peuvent disparaître avec le temps mais plutôt du caractère ou des qualités de chacun. Une telle amitié doit être accordée librement (plutôt qu’en forçant la main), être réciproque (plutôt qu’unilatérale) et mettre en avant les qualités de chacune des deux personnes, en leur permettant de se découvrir mutuellement, mais aussi de mieux se connaître elles-mêmes.

Une culture entre pairs

Du point de vue de la psychologie, il y a cinq étapes dans le développement des compétences sociales impliquées dans la formation de liens d’amitié :

Lire la suite sur Info Chrétienne

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here