Abidjan la capitale politique de la Côte d’Ivoire, et plusieurs grandes villes sont paralysées ce lundi 26 octobre 2020, suite au mot d’ordre de désobéissance civile de l’opposition, a appris un journaliste d’Ivoirebusiness.
L’axe Akouedo-Bingerville était bloqué ce matin à la circulation par la population qui est sortie massivement ériger des barrages, et des tirs étaient entendus au niveau d’Akouedo où la confusion régnait encore. Aucune information précise sur l’origine des tirs au moment où nous mettons ne nous presse.

A Cocody-Anono, la ville était également paralysée par des barricades érigées par la population.

A Abengourou, un grand rassemblement a réuni des milliers d’habitants contre un 3e mandat illégal et anticonstitutionnel du président Alassane Ouattara en face de la l’Hôtel de ville suivie d’une grande marche.

Les gendarmes et manifestants se regardaient en chiens de faïence mais aucun affrontement signalé au moment où nous mettons sous presse.

Les villes DE KORHOGO, BOCANDA, d’Arrah, de Daoukro, Bondoukou, Bouna, étaient également paralysées ce lundi.

A Korhogo, fief de l’ex-Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, les populations sont sorties massivement ce lundi, bravant les menaces et intimidations, pour dire NON à un 3e mandat illégal d’Alassane Ouattara et exiger le report de l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

De gros troncs d’arbre bloquaient en effet l’axe Bondoukou-Bouna ce lundi, paralysant totalement les deux villes, et empêchant toute circulation de véhicules.
Tôt ce matin par ailleurs, la ville de Daoukro était en ébulition, la population bloquant au corridor d’entrée un convoi de microbes armés qui venaient semer la désolation dans la ville.

Les villes de Sakassou, d’Arrah, Raviart, Djebenoua, étaient quant à elles en ébullition depuis hier dimanche 25 octobre car les populations ont bloqué des meetings du RHDP et des cortèges de dignitaires du parti d’Alassane Ouattara dans leurs villes. Et ce lundi, elles étaient encore paralysées.
Des manifestations étaient également signalées dans plusieurs autres villes de Côte d’Ivoire et dans d’autres quartiers d’Abidjan au moment où nous mettons sous presse.
Nous y reviendrons.
Patrice Lecomte

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here